Discours introductif prononcé par le Président du « Mouvement Génération Y » lors de la réunion d’information tenue le Samedi 17 décembre 2016 à Dakar

Discours introductif prononcé par le Président du « Mouvement Génération Y » lors de la réunion d’information tenue le Samedi 17 décembre 2016 à Dakar

Chers participants,
Né le siècle dernier, sans le faire exprès, j’ai traversé de long en large mon pays natal, le Sénégal. J’ai arpenté les étroites allées de la Sicap rue 10 et les rues sablonneuses et pleines de vie de Grand Yoff et j’y ai glané des souvenirs et des cicatrices.
Souvenirs d’une enfance et d’une jeunesse insouciantes et épanouies, naviguant quotidiennement entre des « projets de survie » et des « projets de fin de vie ».
Des cicatrices profondes sur le corps, l’esprit et le cœur.
Sur le corps, les stigmates des combats de rue et des sévères corrections de parents exigeants ainsi que les séquelles des violences des stades sont encore visibles.
Dans l’esprit, se bousculent des scènes de passion, de regrets, d’espoir et surtout d’un rêve permanent de réussite, quoiqu’à priori inaccessible.
Dans mon cœur, les traces des blessures laissent suinter les saignements d’une jeunesse inquiète, une jeunesse qui s’interroge, cherche à comprendre son sort et veut prendre son destin en mains.
Alors, mon cœur s’est mis à pleurer et a refusé de se taire. Il a demandé à ses larmes de me servir d’encre et a dicté à mes doigts un texte. Une fois écrit, lu et enregistré, je l’ai posté via Facebook : c’est la Lettre à la Génération Y.
Je n’imaginais pas que cette Lettre allait connaître son sort d’ aujourd’hui :

  • Susciter l’intérêt des jeunes et des moins jeunes ;
  • Mobiliser une partie significative d’entre eux ;
  • Transformer une idée en réalité.

Par votre présence, vous avez décidé de vous approprier la « Lettre à la Génération Y ». Ce faisant, vous m’avez rassuré.
Cette Lettre n’est pas restée « lettre morte ».
Au vu des nombreuses et encourageantes réactions qu’elle a suscitées depuis le 6 avril 2016, « Les Objectifs de la Génération Y » ont été fixés à travers un second post, le 28 mai 2016.
Puis, pour tenir compte des limites de la diffusion d’un message en langue française, il fut publié en wolof, le 7 juin 2016, « Bataaxal bu jëm ci Génération Y »
Enfin, le 10 août 2016, fut publié « Questions et Réponses sur la Génération Y ».
A l’issue d’une série de rencontres avec ceux qui ont manifesté leur intérêt pour l’initiative de la création d’un « Mouvement Génération Y », il s’est dégagé un Comité d’Initiatives qui a travaillé d’arrache pieds pour la constitution de notre association aujourd’hui.
Je vous remercie bien sincèrement d’y avoir participé.
Je remercie particulièrement nos deux jeunes invités d’honneur venues de la République de Guinée, Mlle Coumba CISSE et Monsieur Alhassane SOUARE. Nous leur souhaitons la bienvenue chez eux et tenterons d’être à la hauteur de la Téranga guinéenne dont ils nous ont si généreusement fait profiter lors de notre récent séjour à Conakry.
I like that !
Ce que j’ai également aimé, c’est la présence des parents et ainés Y.

Chers Parents et Ainés Y,
Vous le savez, la plupart du temps, le besoin de vous venir en aide est la première motivation de vos enfants et cadets. C’est très louable. Vous avez donc raison de les suivre, de « liker » ce qu’ils font et c’est pour cela que les portes de notre Mouvement vous sont grandement ouvertes.
Chers jeunes,
Je vous écoute régulièrement et attentivement. Je lis sur vos généreux visages la gravité de l’heure.
J’y lis également des brindilles d’espoir.
La gravité de l’heure est illustrée, entre autres, par l’échec scolaire, la marginalisation des daaras, le manque de qualification professionnelle, le chômage, l’émigration clandestine. C’est une triste réalité.
J’ai bien constaté que la plupart d’entre vous souffrent des besoins insatisfaits et sont anxieux. Mais vous affrontez avec courage les difficultés de la vie et vous vous battez pour le respect de vos droits.
J’apprécie votre détermination et je vous exhorte à ne pas céder au découragement.
Les brindilles d’espoir perceptibles sur votre visage doivent, quant à elles, se transformer progressivement en une lumière vive pour éclairer votre chemin vers la réussite personnelle et la prospérité de votre pays, de votre continent.
Mon commentaire sur ces constats est que la meilleure réponse est la responsabilité.
Votre responsabilité exige la prise de conscience que sans vous, rien de durable ne peut se faire. Soyez donc solidaires et convaincus pour être convaincants.
Mon partage est que cette conviction doit se traduire par un discours sans ambiguïté.
De façon claire et transparente, nous avons ensemble pris l’engagement de constituer une force sociale pour défendre les causes collectives de la jeunesse et de ne servir ni de plate-forme de soutien, ni de cadre d’opposition à un régime politique.

Pour conclure, permettez-moi de « tweeter » les messages suivants :

  1. Gardez l’espoir, l’avenir vous appartient ;
  2. Inspirez-vous des valeurs qui ont fondé notre pays ;
  3. Prenez votre destin en mains ;
  4. Prêtez une oreille attentive à vos ainés pour tirer profit de leur maturité et contribuez activement à la construction d’une plateforme de transmission intergénérationnelle.

Je vous remercie de votre aimable attention.
Boubacar CAMARA
« La maturité au service de la jeunesse »

Leave a comment