Category: Actualité

Présidentielle 2019 : Boubacar Camara soutient Sonko (Officiel)

Présidentielle 2019 : Boubacar Camara soutient Sonko (Officiel)

Sur proposition du Bureau politique, le Directoire élargi du Mouvement JENGU Ngir Jëriñ SENEGAAL s’est réuni le jeudi 31 janvier 2019 à 17h au siège de l’organisation à l’effet d’examiner les deux points suivants : choix d’un candidat à l’élection présidentielle de février 2019 et participation de JENGU à la coalition FIPPU.
« Abordant le premier point de l’ordre du jour, le Directoire a invité tous les participants à exprimer leurs choix et arguments. A l’issue de ce débat, le Directoire a décidé de soutenir la candidature de M. Ousmane SONKO à l’élection présidentielle du 24 février 2019 », informe le communiqué parvenu à Dakaractu ce 31 janvier.
« Le Directoire demande à tous les membres et sympathisants du Mouvement JENGU NGIR JËRIN SENEGAAL de ne ménager aucun effort pour la victoire éclatante du candidat Ousmane SONKO », exhorte le texte.
« Le président Boubacar CAMARA lance un appel pour une mobilisation sans faille pour cette élection cruciale pour la démocratie, la défense de l’État de droit et le redressement économique du Sénégal contre Macky SALL », poursuit-on.
« Abordant les relations avec la Coalition FIPPU Alternative Citoyenne dont le Mouvement JENGU est membre et dont M. Boubacar CAMARA a été désigné candidat à l’élection présidentielle, le Directoire a demandé la mise en en œuvre de la décision du 5 janvier 2019 de suspendre les activités du Mouvement JENGU dans la coalition FIPPU Alternative citoyenne », explique le communiqué.
Pour finir, le Directoire a décidé de surseoir à l’évaluation de sa participation à cette expérience jusqu’à nouvel ordre.

Source : www.dakaractu.com

ALERTE CITOYENNE N°1: MACKY, RESSAISIS-TOI !

ALERTE CITOYENNE N°1: MACKY, RESSAISIS-TOI !

Macky, tu auras remarqué que je fais aujourd’hui ce que j’ai toujours refusé de faire dès qu’une troisième personne est présente et ce, depuis que tu occupes d’éminentes fonctions de la République que je respecte : te tutoyer.

Pourtant, tout m’y autorise : les conditions dans lesquelles nous nous sommes connus autour d’amis communs bien avant que tu sois distingué politiquement, les liens entre nos familles respectives, Fatick, région d’origine de mes parents et d’adoption des tiens, les relations cordiales que nous avons toujours entretenues et le fait que toi-même m’appelles affectueusement (je crois) : Camou et j’en passe.

Certes, j’ai choisi de ne pas t’accompagner parce que le projet de société que je défends est différent des actes que tu poses tous les jours. J’ai choisi librement de m’opposer à ta politique désastreuse pour le Sénégal. Tu me connais assez bien pour savoir que j’assume mes choix. Aujourd’hui, je m’adresse au frère perdu par le désir d’obtenir un second mandat dès le premier tour, à tout prix.

Ce désir t’a amené à casser le dispositif électoral qui a permis deux alternances politiques et sous l’empire duquel tu as été élu, sans contestation.

Tu as commencé par regrouper la carte d’identité nationale et la carte d’électeur en une seule, une occasion en or pour procéder à une refonte-fusion-confusion avec des transferts d’électeurs, des rétentions de cartes, des distributions sélectives. Tu te rappelles qu’aux élections législatives de 2017, tu as été obligé, sous la pression, de demander le secours du Conseil constitutionnel pour que les citoyens puissent voter avec les anciennes cartes d’identité et d’autres pièces d’identification.

Premier pilier du dispositif électoral brisé !

Ensuite, tu as conçu un fichier électoral minutieusement miné avec des déplacements d’office d’électeurs de leurs régions d’origine sans leur consentement, des doublons de cartes CEDEAO, des électeurs sans numéros CEDEAO et d’autres incroyables irrégularités.

Deuxième pilier du dispositif électoral cassé !

Puis, tu as ramené dans le dispositif ton Ministre de l’Intérieur partisan pour organiser les élections rompant ainsi avec une belle tradition de neutralité, comme d’ailleurs tu l’avais fait aux chaotiques élections législatives de 2017.

Troisième pilier du dispositif électoral détruit !

Enfin (en attendant le prochain coup !), tu as conçu, introduit, fait voter, fait vérifier le parrainage unilatéralement et dans des conditions défiant toute logique et toute transparence. Du jamais vu ! Le contrôle des parrainages effectué par le Conseil constitutionnel est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de la fraude électorale. Les résultats de ce contrôle ont mis à nu la très mauvaise qualité des textes initiés ou pris par le Ministère de l’Intérieur et votés, sans débat à l’Assemblée nationale, par la majorité présidentielle.

Quatrième pilier du dispositif électoral broyé !

Macky, tu as terrassé le dispositif électoral sur quatre appuis. Mais, c’est une fausse victoire dont tu ne dois pas être fier car tu as rompu toute confiance au système électoral dont l’intégrité est légitimement mise en doute.

Les conséquences sont palpables. La crise s’est installée. Ton devoir de Président de la République t’interpelle. 1/2 Seras-tu à la hauteur ? Je le souhaite sans beaucoup d’espoir.

Dans ces circonstances exceptionnelles marquées par une menace sur la stabilité et la paix que vit actuellement le Sénégal, j’ai le devoir, en guise d’alerte citoyenne, d’attirer l’attention du peuple sénégalais, de l’opinion internationale et surtout de Macky SALL, égaré parce qu’obnubilé par la crainte de perdre le pouvoir, sur le fait que l’avenir de notre pays se joue à travers l’élection de février 2019.

La balle est dans ton camp, fais-en sorte que le pays ne bascule pas dans l’instabilité, ne reste surtout pas dans le registre de la menace, cela ne passe pas. Il n’est pas trop tard pour te ressaisir.

 

                                                                                                                                               Boubacar CAMARA

Candidat de la Coalition FIPPU à l’élection présidentielle

Fait à Dakar, le 20 janvier 2019.

Les 23 candidats à la présidentielle de l’opposition font bloc, déchirent les vérifications du CC et menacent.

Les 23 candidats à la présidentielle de l'opposition font bloc, déchirent les véri...

Une lettre signée par les 23 candidats de l’opposition à la Présidentielle est parvenue à la rédaction de PressAfrik. Unis comme un seul homme, ces leaders ont décidé de mener la vie dure à Macky Sall d’ici le 24 février 2018, dans le but, disent-ils, d’avoir un scrutin transparent.

Ils dénoncent un « coup de force du candidat sortant Macky SALL consistant à éliminer des candidats à l’élection présidentielle avec la complicité d’un Conseil constitutionnel s’appuyant sur une application informatique dont aucune partie n’a pris connaissance et d’un fichier électoral dont l’authenticité est plus que douteuse et l’accès illégalement interdit aux partis autres que celui du candidat sortant ».

Ousmane Sonko, Idrissa Seck, Karim Wade et Cie exigent, entre autres, le retrait immédiat des mesures d’élimination des candidats d’une part, et d’autre part, la prise en compte de tous les candidats ayant déposé leur caution et leur dossier de candidature, sans tenir compte des changements introduits dans la Constitution et dans la loi électorale; la mise en place d’une autorité indépendante pour organiser
l’élection présidentielle. Ils vont également constituer un pool d’avocats pour défendre les candidats recalés

Les Candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019 se sont
réunis le 1 er Janvier 2019 pour échanger sur la situation politique créée
suite aux premiers résultats des opérations de vérification des listes de
parrainage par le Conseil constitutionnel et ont adopté la présente
résolution :
– Constatant que la mise en application du système de parrainage
citoyen tel que conçu, mis en œuvre sans consensus et imposé
par le candidat sortant s’est révélé être un désastre pour des
élections transparentes et la démocratie
– Constatant que le système de parrainages apparaît clairement aux
yeux de tous comme un procédé d’élimination de candidats en
compétition.
– Rappelant que le système de parrainage s’inscrit dans un
processus conçu par le candidat sortant à l’effet d’éliminer le
maximum de challengers possibles et dont la première étape a
consisté à tenter d’écarter des candidats par voie judiciaire ou par
tripatouillage de la constitution et de la loi électorale ;
– Prenant acte du fait que le refus du candidat sortant de respecter
les dispositions de l’article L53 du Code électoral, relatif au droit de
contrôle des partis politiques sur le fichier électoral, prive les
candidats, les partis et mouvements citoyens de toute visibilité sur
le processus devant mener à l’élection présidentielle,
– Constatant que le traitement automatisé, opéré par le Conseil
constitutionnel des fichiers électroniques des parrainages collectés

sur la base des cartes d’identité CEDEAO, a révélé l’opacité de
l’opération,
– Considérant en effet que les candidats n’ont à aucun moment du
processus pu prendre connaissance ni des procédures de contrôle,
du logiciel utilisé, de son cahier de charges et des conditions de
sélection de l’expert commis ni du fichier de référence,
– Considérant que sans un fichier électoral transparent et contrôlé
par les parties prenantes, aucune élection démocratique ne peut
être organisée,
– Convaincus que la poursuite du processus électoral actuel
entraînerait une confiscation anti-démocratique du pouvoir et
plongerait le Sénégal dans le chaos,
– Considérant que le candidat sortant est l’unique responsable de
toutes les dérives enregistrées jusqu’ici, lesquelles s’inscrivent
dans une tentative manifeste de garder le pouvoir par tous les
moyens contre la volonté des Sénégalais,
Les candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019 soussignés
DENONCENT
– le coup de force du candidat sortant Macky SALL consistant à
éliminer des candidats à l’élection présidentielle avec la complicité
d’un Conseil constitutionnel s’appuyant sur une application
informatique dont aucune partie n’a pris connaissance et d’un
fichier électoral dont l’authenticité est plus que douteuse et l’accès
illégalement interdit aux partis autres que celui du candidat
sortant ;
EXIGENT :

– La suppression des modifications de la constitution et du code
électoral et le retrait immédiat des mesures d’élimination des
candidats d’une part, et d’autre part, la prise en compte de tous les
candidats ayant déposé leur caution et leur dossier de candidature,
sans tenir compte des changements introduits dans la Constitution
et dans la loi électorale ;
– La mise en place d’une autorité indépendante pour organiser
l’élection présidentielle :
– L’accès immédiat des partis et candidats au fichier électoral ;
– L’audit du fichier électoral et de tout logiciel devant être utilisé pour
l’organisation de l’élection présidentielle.

DECIDENT ENSEMBLE DE
– Intensifier le combat pour une élection présidentielle sincère et
transparente ;
– retirer ce mercredi 02 Janvier 2019 les copies des PV portant sur
les résultats des vérifications des listes de parrainages, PV mis à la
disposition des représentants des candidats et signés par le
Président du Conseil constitutionnel et le Greffier en Chef ;
– tenir ce mercredi 02 janvier une conférence de presse pour
informer l’opinion nationale et internationale de leurs décisions ;
– saisir les partenaires du Sénégal ainsi que les autorités religieuses
et coutumières de la forfaiture perpétrée par le candidat sortant et
ses hommes ;
– constituer un pool d’avocats pour mieux défendre leur droit à être
candidats ;
– appeler tous les citoyens sénégalais à se mobiliser massivement
et à engager la bataille sans délai par tous les moyens et partout

au Sénégal et dans la Diaspora en vue d'imposer l'organisation
d'une élection présidentielle juste et transparente le 24  février
2019

Fait à Dakar, le 1 er Janvier 2019

Ont signé par ordre alphabétique
Boubacar CAMARA 
Mamadou Lamine DIALLO
Mamadou DIOP
Pape DIOP
Malick GAKOU
Pierre Atepa GOUDIABY
Bougane Dany GUEYE
Moustapha GUIRASSY
Abdoul MBAYE
Aissatou MBODJ
Mamadou NDIAYE
Madicke NIANG
Aissata Tall SALL
Elhadj Issa SALL
Khalifa Ababacar SALL
Thierno Alassane SALL
Samuel SARR
Idrissa SECK
Amsatou Sow SIDIBE
Ousmane SONKO

Hadjibou SOUMARE
Mansor Djamil SY
Karim Meissa WADE

Source: www.dakarmatin.com

Boubacar Camara, Hadjibou Soumaré, Malick Gakou et Pape Diop s’acheminent-ils vers l’invalidation de leurs candidatures ?

Boubacar Camara, Hadjibou Soumaré, Malick Gakou et Pape Diop s'acheminent-ils vers l'...

Au démarrage des vérifications vendredi 28 décembre au Conseil constitutionnel, des candidats comme Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Issa Sall, Khalifa Sall ou encore Karim Wade ont atteint le nombre de parrainages requis pour prétendre participer à la présidentielle.

Pendant ce temps, d’autres candidats risquent de revoir leur ambition à la baisse. Ils s’appellent Malick Gakou, Boubacar Camara et Hadjibou Soumaré. L’ancien maire de Dakar, Pape Diop pourrait également faire partie de ce groupe.

Le candidat Malick Gakou a beau affirmer avoir dépassé le nombre de parrainage demandé dans au moins 5 régions, tout porte à croire qu’il est à deux pas d’une invalidation.

Même scénario pour Boubacar Camara qui a vu presque la moitié de ce qu’il a déposée être rejetée par le Conseil constitutionnel. À l’occasion d’un point de presse tenu dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29, le candidat de la coalition Fippu a révélé que seules 25 000 signatures ont été acceptées pour plus de 30 000 invalidées, quoi que les motifs ne le convainquent pas.

L’ancien premier ministre Hadjibou Soumaré, pour ce qui le concerne, n’a même pas voulu éclairer la lanterne de la presse sur le nombre de parrainages qu’il a déposés. Son répondant s’est contenté de dénoncer une « nébuleuse » suite à la séance de vérification à laquelle il a été conviée au Conseil constitutionnel. Où il est convoqué à nouveau mercredi 2 janvier 2019 pour recevoir le PV de vérification.

Nous apprenons à l’instant que l’ancien maire de Dakar, Pape Diop est sur le point de vivre une désillusion. Ses mandataires sont sortis du Conseil constitutionnel aphones…

 

Source: dakaractu.com

Parrainage: Boubacar Camara dans tous ses états après l’invalidation de ses signatures

Parrainage: Boubacar Camara dans tous ses états après l'invalidation de ses signatur...

Le leader de la Coalition Fippu Boubacar Camara est dans tous ses états, après l’invalidation vendredi soir de son parrainage par le Conseil constitutionnel, dans le cadre de l’élection présidentielle sénégalaise du 24 février 2019. Sur un dépôt de 59.493 parrains, 23.357 ont été validés et 36.136 rejetés pour plusieurs raisons.

« Les faits sont d’une extrême gravité et révèlent d’une façon éclatante le plan de hold up électoral de Macky Sall et permettent de mieux comprendre la raison pour laquelle il n’a pas voulu mettre le fichier électoral à la disposition des candidats et partis légalement constitués », a dénoncé M. Camara.

Il a interpellé la société civile et les chefs religieux, car selon lui, ce qui se passe est très grave. « Des électeurs enregistrés sur la fiche de parrainage sur la base d’une carte CEDEAO avec leurs numéros d’électeurs ont été transférés après que ces derniers ont fini de parrainer le candidat qu’il est », fait-il savoir, promettant de se « battre jusqu’au bout », car il a « des signatures en stock ».

Source : www. Pressafrik.com

Vérification parrainages : Recalé, Boubacar Camara menace

Vérification parrainages : Recalé, Boubacar Camara menace

Le leader de la coalition « Fippu Jengu » n’aurait validé que 23 357 parrains sur les 59 493 que son mandataire avait déposés.

L’ancien Directeur Général des Douanes récuse le rejet de ses 36 136 parrains. « Parmi les parrainages rejetés, 10 559 l’ont été pour cause de doublons avec d’autres listes. Doublons externes qui n’ont pas été indiqués », fulmine l’opposant.

Boubacar Camara révèle aussi que « 25 577 parrains ont été rejetés pour absence sur les listes électorales, non inscription sur la liste électorale de la région, discordances sur l’identification ou encore doublons internes ». Dans tous ses états, il promet de « se battre jusqu’au bout » parce qu’il a encore des parrains en stock.

 

Source : www.seneweb.com

 

Présidentielle 2019/Décompte de ses signatures: 36.000 parrainages rejetés pour Boubacar Camara

Présidentielle 2019/Décompte de ses signatures: 36.000 parrainages rejetés pour Bou...

Le leader de « Fippu » Boubacar Camara est toujours à l’épreuve du parrainage. Après le décompte de ses signatures hier, en effet, il s’est révélé que sur ses 59.493 parrains mobilisés 36.136 parrainages ont été rejetés par le Conseil Constitutionnel pour motif entre autres « de doublons, absence sur les listes électorales ou discordance sur les identifications et les cartes d’électeur ». Le candidat déclaré a accusé le pouvoir « d’un plan de hold- up électoral ».  « Le régime a concocté à dessein pour éliminer des candidats un soi-disant fichier électoral qu’il a remis au conseil constitutionnel pour contrôler les parrainages. Les résultats communiqués montrent que le logiciel du CC a été alimenté par de fausses informations » a-t-il notamment accusé. Notons qu’il lui reste un délai de 48 heures afin de compléter le gap de parrains.

Source : www.dakaractu.com

Congrès d’investiture : Boubacar Camara décline son programme en 5 axes

Congrès d’investiture : Boubacar Camara décline son programme en 5 axes

La coalition politique  «Fippu Alternative citoyenne» composée de mouvements citoyens et partis politiques a investi officiellement, samedi, le candidat déclaré à la Présidentielle de février 2019, Boubacar Camara, leader du mouvement «Jengu-Ngir Jëriñ Senegaal».

Pour redresser le Sénégal, Boubacar Camara a réfléchi sur une feuille de route dans laquelle rien n’est laissé en rade. De l’éducation à la santé, en passant par la gestion des ressources naturelles, la sécurité avec un État fort, l’ancien Inspecteur général d’État (Ige) et ancien Directeur Général des Douanes veut mettre le Sénégal sur les rails de l’Émergence.

Le candidat Boubacar Camara qui milite pour un seul mandat compte, une fois élu Président de la République mener une politique éducative où l’accès à la scolarisation sera pour tous.

La cérémonie d’investiture du candidat de la coalition politique « Fippu Alternative citoyenne » s’est déroulée en présence de l’ancien premier Ministre Abdoul Mbaye par ailleurs candidat déclaré à la présidentielle de 2019, du maire de Grand Yoff M. Madiop Diop proche collaborateur de Khalifa Sall et de M. Mamadou Ndoye, ancien secrétaire général de la Ligue Démocratique.

               

Abdoul BABA

 

Source: www.laviesenegalaise.com

INVESTITURE DE LA COALITION FIPPU: Tout Sur Le Discours de Boubacar Camara

INVESTITURE DE LA COALITION FIPPU: Tout Sur Le Discours de Boubacar Camara

« Durant ma vie, en fonction des facettes que j’ai eu à incarner, je n’ai cessé de faire l’objet d’appellations tout aussi diverses. De Boubacar à Consultant, en passant par soldat, juriste, inspecteur, maitre…aujourd’hui, l’on m’interpelle en m’appelant candidat. Voilà un titre qui sera sans nul doute suivi de président de la république puis, après l’exercice de mes fonctions, d’ancien chef d’état. »

Ces propos ont servi de « préambule » au candidat de la coalition Fippu pour entamer un discours des plus ovationnés, et face à une foule immense venue des 14 régions du pays.  Nous sommes au terrain du quartier Hlm patte d’oie, vers les coups de 20 heures. Accueillit en grandes pompes par la population de Grand Yoff, fanfare et ambiance à l’honneur, Boubacar Camara à relever le défi de l’innovation. Vêtu de blanc, comme pour revendiquer une notoriété loin d’être entachée par les vicissitudes de l’administration sénégalaise, le personnage, dont l’allure et la posture rappellent la rigueur des soldats, le verbe l’éloquence des juristes, la communication verbale la démarche des consultants-il est tout ceci à la fois-, poursuit : « Je compte, à la fin d’un règne durant lequel je remuerai ciel et terre pour instaurer l’équilibre dans ce pays, je voudrai me promener aussi bien dans les coins et recoins que les bleds les plus reculés la tête haute, contemplant des infrastructures qui feront du Sénégal l’un des plus beaux et des plus distingués du continent africain. »

Usant de mots qui dénoncent les maux les plus profonds de ce pays, Boubacar Camara n’épargne nullement les marchands d’illusions, dont l’action est si dangereuse qu’il le désigne par l’expression wolof « toufe kaani ». Pour lui, le seul vocable qui vaille a pour nom RESPECT. Et un groupe de jeunes, debout derrière lui, de soulever des pancartes sur lesquels est mentionné ce mot, en rouge et blanc…Noire comme la neutralité dans laquelle ce mot doit s’inscrire, et rouge comme pour mieux le faire voir, et rappeler à la conscience collective l’urgence qu’il y’a à faire sonner le glas. Les conditions précaires dans lesquelles sévissent les femmes sénégalaises n’ont pas été laissées en reste. Il s’y ajoute une politique de jeunesse, une politique culturelle, une politique sportive, un regard tourné vers les sénégalais de la diaspora, un focus sur les artisans, les coiffeurs, les cordonniers, les enseignants, les marchands ambulants, les cireurs de chaussures, les chauffeurs…

Quant à la situation liée à la gestion des ressources de ce pays, l’heure est, selon Boubacar Camara, à l’identification du mal. « S’agit-il d’une négligence coupable, liée au désintéressement ou tout simplement inadmissible ? », s’interroge le leader, soucieux de l’avenir de son pays. L’ambition de l’homme s’inspire de cinq (5) grands axes, notamment l’adaptation des mesures liées à la constitution aux décisions prises durant les assises nationales, l’accès à tous à l’éducation, la gratuité des médicaments les plus prisés en termes de soins, la dépolitisation de l’administration publique et la réalisation de réformes économiques. Pour lui, « il ne s’agit pas seulement de faire partir l’actuel président de la république, il faut surtout faire suivre ce geste du fait de poser un acte concret qui puisse faire changer ce pays. »

Maam Cheikh

Source: Senpresse.Com                    

 

 

La coalition FIPPU investit le candidat Boubacar CAMARA

La coalition FIPPU investit le candidat Boubacar CAMARA

 

La coalition FIPPU pour l’alternative citoyenne a investi leur candidat Boubacar Camara ce samedi 22 décembre au terrain HLM PATTE D’OIE de GRAND YOFF. Plusieurs autorités et des délégations sont venues soutenir le candidat de la coalition FIPPU dans son programme.

Le candidat de la coalition FIPPU a brillé de mil feux hier lors de son investiture. Des délégations et des autorités venues de partout se sont mobilisés pour marquer leur soutient et dire oui au candidat Boubacar CAMARA. Dans son discours, le candidat en a profité pour prêter serment et sur ce-il : « aujourd’hui nous avions organisé la convention d’investiture de la coalition FIPPU. C’est la dernière étape d’un processus de désignation d’un candidat. Après l’élaboration d’un critère, nous sommes passés devant un comité de sélection et après la sélection, un jury d’honneur composé des membres des différentes régions a validé ce choix, le directoire l’a confirmé. » D’où cette investiture qui selon le candidat est d’une importance afin de dérouler leur programme aux citoyens sénégalais. Il ajoute à ce sujet « au final c’était de prêter serment devant les membres de la convention de la coalition FIPPU pour les dire que les engagements que nous avons pris dans notre programme nous les respecterons »

Selon Boubacar CAMARA, la coalition FIPPU dispose d’une approche, un programme élaboré et accepté, une équipe, un conseil national d’orientation stratégique, une délégation exécutive permanente et un candidat et affirme : « ce candidat doit rassurer ses partisans en leur disant qu’il va respecter les règles. L’une des règles c’est justement de faire un mandat de redressement de 2019 à 2024, de prendre les mesures structurelles qu’il faut pour une constitution solide qui ne sera plus manipulé pour prendre les mesures économiques pour faire une transformation structurelle de notre pays ». D’après ses propos, il assimile le bilan de redressement à un seul mandat et parle d’un peuple qui souffle d’ignorance à l’exemple de 500.000 milles jeunes qui ne vont pas à l’école selon lui, de chômage qui touche les jeunes.

Pour le candidat de la coalition FIPPU, des solutions s’imposent face à ses problèmes dont souffre le pays. Parmi ses solutions, il cite l’éducation gratuite pour l’ensemble des sénégalais « nous tirerons  les ressources de l’exportation de nos ressources naturelles, nous mettrons un fond d’investissement pour gérer l’éducation et le jeune va rembourser à la fin de sa scolarité »,sur le plan de la santé, il parle des médicaments gratuits pour toutes les maladies essentielles qui concernent les maladies qui atteignent les personnes les plus démunis, une série de polyclinique dans toutes les grandes communes et des hôpitaux ambulatoires pour faire le tour des régions. L’instruction civique qui constitue un des piliers fondamentaux pour le sens de la cohésion nationale, les valeurs dont figure le respect, des mesures seront également prises selon Boubacar CAMARA pour sécuriser le pays, les biens et enfin changer le moteur de la croissance en mettant beaucoup d’argent dans l’agriculture, dans la pêche, dans l’élevage, dans l’artisanat et la culture.

DIEYNABA AGNE

Source: www.infodujour.sn