Category: Actualité

Boubacar Camara : « Sonko dérange beaucoup de candidats… Mais, pour nous, il est une solution et non un problème »

Boubacar Camara : « Sonko dérange beaucoup de candidats... Mais, pour nous, il est u...

Boubacar Camara, superviseur de la coalition « Sonko Président », est l’invité du numéro en cours de diffusion de « Face à Dakar », l’émission qui bat le rythme de la présente campagne sur le Net.

Il a, d’emblée, précisé que la percée de Sonko dans le landerneau politique est spéciale. « Nous avons pour rôle de vendre notre candidat, vendre l’espoir qu’il nourrit. Il a une manière spéciale de proposer son offre politique qui gêne beaucoup de candidats, à telle enseigne qu’on n’hésite pas à recourir à des critiques infondées pour le déstabiliser », dira-t-il.

« Ousmane Sonko n’est pas pour nous un problème, c’est une solution. Il est sorti de l’école qui produit les meilleurs cadres de l’administration (ENA) en sortant major de sa promotion. Il est « un métis », car ayant des racines aussi bien dans le nord que dans le sud du Sénégal. Mieux, il est porteur d’une vision qu’il a déclinée dans un livre. C’est dire qu’il y a d’un côté l’homme, d’un autre côté l’œuvre. C’est un homme de terrain doublé d’un syndicaliste », parera-t-il de vertus son candidat.

Il se dit d’autant plus séduit que l’ex-inspecteur des impôts et domaines a su s’entourer d’hommes expérimentés et techniquement compétents comme Pierre Atepa Goudiaby et lui-même. « Avec tous ces atouts, si nous accédons au pouvoir aujourd’hui-même, nous sommes prêts, nous n’allons pas tâtonner », se laisse-t-il convaincre.

« A l’âge de retraite, nous aurions pu nous retirer complètement. Mais malheureusement, les piliers de la République ont été ébranlés, avec, notamment le dévoiement du système électoral sous Macky Sall. Il a trouvé sur place un fichier transparent, comme s’il s’agissait de sa propriété, il en a fait ce qu’il a voulu. Il y a le parrainage et le profil du ministre de l’Intérieur qui dérangent. Macky Sall a aussi ébranlé le pilier économique, avec une dilapidation des ressources publiques. Si vous avez la chance de regarder certains dossiers portant sur des cas de corruption avérée, vous n’aurez plus la conscience tranquille. Le troisième pilier auquel il a touché, ce sont les valeurs avec l’achat de consciences. Mais le blocage principal, ce sont nos rapports avec les autres Etats, avec lesquels on ne traite pas d’égal à égal. C’est comme si on avait vendu le Sénégal à l’étranger », liste-t-il les péchés capitaux du régime de Macky Sall. « L’Etat doit avoir une capacité de négociation, en renonçant aux mallettes et aux dessous de table », conseille M. Camara.

« L’endettement doit être secondaire », bat-il en brèche le modèle de gouvernance depuis 2012. « Nous devons partir de nos ressources pour produire des richesses », contre-propose l’ex-directeur général des Douanes.

« La production totale d’or du Sénégal est de 6 tonnes, alors que les artisans sénégalais peinent à avoir 100 kg. C’est pourquoi, avec le président Atepa, nous projetons de créer, une fois au pouvoir, un comptoir pour que Dakar soit une place de transaction et de distribution autour de la chaîne sur l’or. Idem avec la pêche artisanale », illustre-t-il son propos, non sans préciser qu’ils ont l’expertise nécessaire pour réviser les contrats signés sous Macky Sall et contraires aux intérêts du Sénégal.

 

Source : https://www.dakaractu.com

Mouvement « Jengu » de Boubacar Camara : vers une caravane pour soutenir Sonko

Mouvement "Jengu" de Boubacar Camara : vers une caravane pour soutenir Sonko

Le mouvement « jengu » de Boubacar Camara compte effectuer ce samedi 16 février à partir de 9h, une caravane pour soutenir le candidat Ousmane Sonko. Leur ralliement du côté de ce dernier s’explique par le fait que ces deux hommes, Ousmane Sonko et Boubacar Camara, ont des similitudes dans leurs programmes et partagent les mêmes convictions, a précisé Serigne Fallou Diouf, le secrétaire général du mouvement. Ainsi ils vont débuter à Grand Yoff en passant par les Parcelles, Guédiawaye, Yeumbeul, Thiaroye, Tivaouane Diacsao pour terminer à Keur Massar.

 

Source : http://news.adakar.com

Débat RFM: Boubacar Camara humilie un Kassé coléreux et inélégant

Débat RFM: Boubacar Camara humilie un Kassé coléreux et inélégant

Les sénégalais qui ont suivi l’émission politique sur la RFM se sont sentis très gênés par le comportement du conseiller en communication de la Présidence à savoir Monsieur El Hadj Kassé.

Face à Boubacar Camara de la coalition Sonko Président, le conseiller à la communication Kassé à court d’argument a saboté toute l’émission allant même jusqu’à attaquer le journaliste Abdoulaye Cissé.

Interpellé sur beaucoup de points et dans l’incapacité de répondre, le responsable politique de l’APR, Kassé n’a pas apprécié la communication dévastatrice de Boubacar Camara, motivée par des arguments.

Errant dans un discours vide et montrant sa non maitrise de l’économie du Pays, Monsieur Kassé a fini par décevoir les auditeurs de la RFM en témoigne les nombreuses réactions sur la toile (facebook).

 

Source : https://tassxibaar.com

Ousmane Sonko : « Fatick n’est le titre foncier de personne »

Ousmane Sonko : « Fatick n’est le titre foncier de personne »

Ousmane Sonko, candidat de la coalition « Sonko Président », a invité les populations de la capitale du Sine à se déplacer en masse le jour du scrutin présidentiel pour voter, afin de « démontrer que Fatick n’est le titre foncier de personne ».

« Il y a des politiciens qui veulent faire croire aux Sénégalais que Fatick, c’est leur titre foncier », a-t-il déclaré dimanche soir lors de l’étape de sa campagne dans la capitale du Sine, ville de naissance du président sortant qui en fut le maire avant d’accéder à la magistrature suprême.

Il s’exprimait au terme d’une longue procession de plusieurs heures dans les artères de la commune de Fatick, base politique du candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) et maire honoraire de la ville de Fatick, Macky Sall.

Macky Sall, « pour avoir été maire de cette ville, ensuite président du Sénégal, n’a rien fait ici, à titre d’exemple, Fatick est très sombre », entre autres problèmes, a déclaré Ousmane Sonko.

Selon lui, avant de réclamer le titre foncier d’une quelconque ville, il faut au préalable poser les jalons du développement de celle-ci.

« Donc, le 24 février prochain, jour du scrutin présidentiel, j’invite les populations fatickoises à voter massivement et démontrer que Fatick n’est le titre foncier de personne », a-t-il lancé à ses sympathisants et militants de Fatick, venus à son accueil dans le cadre de la campagne électorale.

« Les populations de Fatick sont des gens d’honneur, de principe, des gens dignes, des gens fiers’’, a-t-il soutenu, avant de les inviter à en « faire la démonstration le 24 février, en allant massivement voter et en votant pour le candidat de la coalition Sonko Président qui remplit les critères de compétence et de patriotisme ».

 

Source : http://xalimasn.com

ALERTE CITOYENNE N°2 : TOUCHE PAS A SONKO !

ALERTE CITOYENNE N°2 : TOUCHE PAS A SONKO !

Hier, à Saint-Louis, le sang a coulé, celui de quatre patriotes. Leur seul tort : soutenir Ousmane
SONKO, un candidat à l’élection présidentielle.
Insultes, destruction de biens, attaque de siège et maintenant coup de machettes pour déchiqueter les partisans de SONKO. Des plaintes sans suite parce émanant d’un candidat qui dérange,
un candidat qui donne mauvaise conscience à l’élite politique parasitaire, un candidat de la vraie
rupture, un candidat ciblé par les « Marrons du Feu ».
Le feu marron du régime de Macky, après avoir brulé l’espoir d’une vie meilleure des populations
sénégalaises, s’attaque à ceux qui les défendent et veulent leur offrir une alternative crédible.
Après les avoir laissées sans défense dans des conditions de vie difficiles dans tous les secteurs :
éducation, santé, sécurité, agriculture, élevage, pêche, artisanat, habitat, vie quotidienne etc., le
régime de Macky SALL, tente, par la violence physique, de les priver des leaders qu’elles méritent.
Que peut-on reprocher à Ousmane SONKO ? Peut -être :
– d’être un pur produit du Sénégal dans sa diversité ;
– d’avoir été façonné dans nos daaras et dans notre école publique ;
– d’avoir fait de brillantes études y compris à l’École Nationale d’Administration (ENA)
d’où il est sorti major de promotion ;
– d’avoir occupé avec probité des fonctions sensibles dans la prestigieuse administration
fiscale ;
– d’avoir dirigé avec courage un syndicat qui a obtenu des acquis mémorables pour ses
collègues ;
– de s’être engagé en politique dans l’opposition ;
– d’avoir été élu député et de s’être honorablement comporté comme représentant du
peuple ;
– de n’avoir occupé aucune position usurpée ou imméritée ;
– d’avoir mis l’accent sur la plaie du Sénégal : le pillage de nos ressources naturelles
notamment le pétrole et le gaz ;
– d’avoir dénoncé l’implication de la famille présidentielle dans les affaire publiques ;
– d’avoir été injustement radié de la fonction publique ;
– d’avoir décliné sa vision à travers un livre « Solutions » ;
– d’avoir déroulé un programme ambitieux, cohérent et de rupture pour le développe-
ment harmonieux du Sénégal ;
– d’être un candidat sérieux à la Présidence de la République ;
– de n’être pas le personnage qu’on a voulu dépeindre en lui inventant toutes sortes de
faux scandales ;
– d’être aimé et respecté par les sénégalais ;
– de constituer l’espoir de la jeunesse ;
– d’être craint par les tortueux de la République ;
Allons donc, soyons raisonnables. Acceptons les faits.
Nous savons que la simple idée de la présence de SONKO au deuxième tour hante les nuits du
candidat sortant et perdant Macky SALL même si, le jour, il donne l’impression d’avoir déjà gagné.
Le régime de Macky SALL est libre d’absorber les transhumants, de les « blanchir » mais qu’il nous
1/2
laisse nos valeureux et dignes opposants, sains et saufs.
Les démocrates et défenseurs des droits de l’Homme doivent suivre de très près les agissements
du régime envers SONKO.
Bâtir une ceinture sécurité autour de SONKO est un devoir, même pour ceux qui ne partagent pas
ses idées ou sa démarche.
Je lance un appel à tous les démocrates pour qu’il ne dorme que d’un seul œil, que l’autre soit
ouvert en permanence, veille sur SONKO, qu’il ne soit pas oublié dans leurs prières pour qu’aucun
cheveu de notre candidat ne soit touché.
TOUCHE PAS A SONKO.
Boubacar CAMARA
Superviseur général de la campagne de SONKO
Fait à Dakar, le Mardi 5 février 2019

Boubacar Camara et Dr Cheikh Tidiane Dièye dans le directoire de campagne Sonko

Boubacar Camara et Dr Cheikh Tidiane Dièye dans le directoire de campagne Sonko

C’est ce vendredi 1er février 2019 que le candidat de la coalition « Sonko Président » a dévoilé son directoire campagne pour le scrutin du 24 février 2019. Les nouveaux adhérents n’ont pas été laissés en rade par Ousmane Sonko. Car, Boubacar Camara, leader du parti « Jëngu » et Dr Cheikh Tidiane Dieye de la plateforme « Avenir Senegaal Bi Ñu Beug” ont été nommés respectivement au poste de superviseur de campagne et porte-parole.

L’équipe de campagne de Sonko
*Conseillers spéciaux du candidat
– Dr Diallo Diop – Madieye Mbodji – Mohamed Sall

*Superviseur de la campagne
– Boubacar Camara

*Directeurs de campagne: – Dr Abdoulaye Niane – Mme Yacine Fall Coordonateur de la Coalition – Bruno d’Erneville

*Porte-paroles
Cheikh Tidiane Dieye – Ladiop Diop – Fatou Diop

 

Source : https://www.pressafrik.com

Campagne présidentielle 2019 : Boubacar Camara appelle les Sénégalais à voter pour Sonko

Campagne présidentielle 2019 : Boubacar Camara appelle les Sénégalais à voter pour...

Venu prendre part au meeting du candidat Ousmane Sonko qu’il soutient, Boubacar Camara a invité les Sénégalais à voter pour le leader du Pastef Les Patriotes. Selon lui, une décision historique a été prise pour reprendre le parrainage.

« Les amis de Sonko président, nous avons pris une décision, une décision historique de reprendre le parrainage, de mettre le parrainage entre la main d’un homme. Un homme intelligent, mur, cultivé, courageux, qui a battu un programme que tous les habitants de ce pays ont regardé, que tous les experts de ce pays ont validé. Je vous invite à voter pour Ousmane Sonko », a déclaré Boubacar Camara, ce dimanche 03 février 2019, aux allées du Centenaire.

Les militants d’Atépa Goudiaby étaient aussi de la partie. Ils ont aussi montré leur soutien à Sonko pour la présidentielle du 24 février.

 

Source : https://www.pressafrik.com

Présidentielle 2019 : Boubacar Camara soutient Sonko (Officiel)

Présidentielle 2019 : Boubacar Camara soutient Sonko (Officiel)

Sur proposition du Bureau politique, le Directoire élargi du Mouvement JENGU Ngir Jëriñ SENEGAAL s’est réuni le jeudi 31 janvier 2019 à 17h au siège de l’organisation à l’effet d’examiner les deux points suivants : choix d’un candidat à l’élection présidentielle de février 2019 et participation de JENGU à la coalition FIPPU.
« Abordant le premier point de l’ordre du jour, le Directoire a invité tous les participants à exprimer leurs choix et arguments. A l’issue de ce débat, le Directoire a décidé de soutenir la candidature de M. Ousmane SONKO à l’élection présidentielle du 24 février 2019 », informe le communiqué parvenu à Dakaractu ce 31 janvier.
« Le Directoire demande à tous les membres et sympathisants du Mouvement JENGU NGIR JËRIN SENEGAAL de ne ménager aucun effort pour la victoire éclatante du candidat Ousmane SONKO », exhorte le texte.
« Le président Boubacar CAMARA lance un appel pour une mobilisation sans faille pour cette élection cruciale pour la démocratie, la défense de l’État de droit et le redressement économique du Sénégal contre Macky SALL », poursuit-on.
« Abordant les relations avec la Coalition FIPPU Alternative Citoyenne dont le Mouvement JENGU est membre et dont M. Boubacar CAMARA a été désigné candidat à l’élection présidentielle, le Directoire a demandé la mise en en œuvre de la décision du 5 janvier 2019 de suspendre les activités du Mouvement JENGU dans la coalition FIPPU Alternative citoyenne », explique le communiqué.
Pour finir, le Directoire a décidé de surseoir à l’évaluation de sa participation à cette expérience jusqu’à nouvel ordre.

Source : www.dakaractu.com

ALERTE CITOYENNE N°1: MACKY, RESSAISIS-TOI !

ALERTE CITOYENNE N°1: MACKY, RESSAISIS-TOI !

Macky, tu auras remarqué que je fais aujourd’hui ce que j’ai toujours refusé de faire dès qu’une troisième personne est présente et ce, depuis que tu occupes d’éminentes fonctions de la République que je respecte : te tutoyer.

Pourtant, tout m’y autorise : les conditions dans lesquelles nous nous sommes connus autour d’amis communs bien avant que tu sois distingué politiquement, les liens entre nos familles respectives, Fatick, région d’origine de mes parents et d’adoption des tiens, les relations cordiales que nous avons toujours entretenues et le fait que toi-même m’appelles affectueusement (je crois) : Camou et j’en passe.

Certes, j’ai choisi de ne pas t’accompagner parce que le projet de société que je défends est différent des actes que tu poses tous les jours. J’ai choisi librement de m’opposer à ta politique désastreuse pour le Sénégal. Tu me connais assez bien pour savoir que j’assume mes choix. Aujourd’hui, je m’adresse au frère perdu par le désir d’obtenir un second mandat dès le premier tour, à tout prix.

Ce désir t’a amené à casser le dispositif électoral qui a permis deux alternances politiques et sous l’empire duquel tu as été élu, sans contestation.

Tu as commencé par regrouper la carte d’identité nationale et la carte d’électeur en une seule, une occasion en or pour procéder à une refonte-fusion-confusion avec des transferts d’électeurs, des rétentions de cartes, des distributions sélectives. Tu te rappelles qu’aux élections législatives de 2017, tu as été obligé, sous la pression, de demander le secours du Conseil constitutionnel pour que les citoyens puissent voter avec les anciennes cartes d’identité et d’autres pièces d’identification.

Premier pilier du dispositif électoral brisé !

Ensuite, tu as conçu un fichier électoral minutieusement miné avec des déplacements d’office d’électeurs de leurs régions d’origine sans leur consentement, des doublons de cartes CEDEAO, des électeurs sans numéros CEDEAO et d’autres incroyables irrégularités.

Deuxième pilier du dispositif électoral cassé !

Puis, tu as ramené dans le dispositif ton Ministre de l’Intérieur partisan pour organiser les élections rompant ainsi avec une belle tradition de neutralité, comme d’ailleurs tu l’avais fait aux chaotiques élections législatives de 2017.

Troisième pilier du dispositif électoral détruit !

Enfin (en attendant le prochain coup !), tu as conçu, introduit, fait voter, fait vérifier le parrainage unilatéralement et dans des conditions défiant toute logique et toute transparence. Du jamais vu ! Le contrôle des parrainages effectué par le Conseil constitutionnel est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de la fraude électorale. Les résultats de ce contrôle ont mis à nu la très mauvaise qualité des textes initiés ou pris par le Ministère de l’Intérieur et votés, sans débat à l’Assemblée nationale, par la majorité présidentielle.

Quatrième pilier du dispositif électoral broyé !

Macky, tu as terrassé le dispositif électoral sur quatre appuis. Mais, c’est une fausse victoire dont tu ne dois pas être fier car tu as rompu toute confiance au système électoral dont l’intégrité est légitimement mise en doute.

Les conséquences sont palpables. La crise s’est installée. Ton devoir de Président de la République t’interpelle. 1/2 Seras-tu à la hauteur ? Je le souhaite sans beaucoup d’espoir.

Dans ces circonstances exceptionnelles marquées par une menace sur la stabilité et la paix que vit actuellement le Sénégal, j’ai le devoir, en guise d’alerte citoyenne, d’attirer l’attention du peuple sénégalais, de l’opinion internationale et surtout de Macky SALL, égaré parce qu’obnubilé par la crainte de perdre le pouvoir, sur le fait que l’avenir de notre pays se joue à travers l’élection de février 2019.

La balle est dans ton camp, fais-en sorte que le pays ne bascule pas dans l’instabilité, ne reste surtout pas dans le registre de la menace, cela ne passe pas. Il n’est pas trop tard pour te ressaisir.

 

                                                                                                                                               Boubacar CAMARA

Candidat de la Coalition FIPPU à l’élection présidentielle

Fait à Dakar, le 20 janvier 2019.

Les 23 candidats à la présidentielle de l’opposition font bloc, déchirent les vérifications du CC et menacent.

Les 23 candidats à la présidentielle de l'opposition font bloc, déchirent les véri...

Une lettre signée par les 23 candidats de l’opposition à la Présidentielle est parvenue à la rédaction de PressAfrik. Unis comme un seul homme, ces leaders ont décidé de mener la vie dure à Macky Sall d’ici le 24 février 2018, dans le but, disent-ils, d’avoir un scrutin transparent.

Ils dénoncent un « coup de force du candidat sortant Macky SALL consistant à éliminer des candidats à l’élection présidentielle avec la complicité d’un Conseil constitutionnel s’appuyant sur une application informatique dont aucune partie n’a pris connaissance et d’un fichier électoral dont l’authenticité est plus que douteuse et l’accès illégalement interdit aux partis autres que celui du candidat sortant ».

Ousmane Sonko, Idrissa Seck, Karim Wade et Cie exigent, entre autres, le retrait immédiat des mesures d’élimination des candidats d’une part, et d’autre part, la prise en compte de tous les candidats ayant déposé leur caution et leur dossier de candidature, sans tenir compte des changements introduits dans la Constitution et dans la loi électorale; la mise en place d’une autorité indépendante pour organiser
l’élection présidentielle. Ils vont également constituer un pool d’avocats pour défendre les candidats recalés

Les Candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019 se sont
réunis le 1 er Janvier 2019 pour échanger sur la situation politique créée
suite aux premiers résultats des opérations de vérification des listes de
parrainage par le Conseil constitutionnel et ont adopté la présente
résolution :
– Constatant que la mise en application du système de parrainage
citoyen tel que conçu, mis en œuvre sans consensus et imposé
par le candidat sortant s’est révélé être un désastre pour des
élections transparentes et la démocratie
– Constatant que le système de parrainages apparaît clairement aux
yeux de tous comme un procédé d’élimination de candidats en
compétition.
– Rappelant que le système de parrainage s’inscrit dans un
processus conçu par le candidat sortant à l’effet d’éliminer le
maximum de challengers possibles et dont la première étape a
consisté à tenter d’écarter des candidats par voie judiciaire ou par
tripatouillage de la constitution et de la loi électorale ;
– Prenant acte du fait que le refus du candidat sortant de respecter
les dispositions de l’article L53 du Code électoral, relatif au droit de
contrôle des partis politiques sur le fichier électoral, prive les
candidats, les partis et mouvements citoyens de toute visibilité sur
le processus devant mener à l’élection présidentielle,
– Constatant que le traitement automatisé, opéré par le Conseil
constitutionnel des fichiers électroniques des parrainages collectés

sur la base des cartes d’identité CEDEAO, a révélé l’opacité de
l’opération,
– Considérant en effet que les candidats n’ont à aucun moment du
processus pu prendre connaissance ni des procédures de contrôle,
du logiciel utilisé, de son cahier de charges et des conditions de
sélection de l’expert commis ni du fichier de référence,
– Considérant que sans un fichier électoral transparent et contrôlé
par les parties prenantes, aucune élection démocratique ne peut
être organisée,
– Convaincus que la poursuite du processus électoral actuel
entraînerait une confiscation anti-démocratique du pouvoir et
plongerait le Sénégal dans le chaos,
– Considérant que le candidat sortant est l’unique responsable de
toutes les dérives enregistrées jusqu’ici, lesquelles s’inscrivent
dans une tentative manifeste de garder le pouvoir par tous les
moyens contre la volonté des Sénégalais,
Les candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019 soussignés
DENONCENT
– le coup de force du candidat sortant Macky SALL consistant à
éliminer des candidats à l’élection présidentielle avec la complicité
d’un Conseil constitutionnel s’appuyant sur une application
informatique dont aucune partie n’a pris connaissance et d’un
fichier électoral dont l’authenticité est plus que douteuse et l’accès
illégalement interdit aux partis autres que celui du candidat
sortant ;
EXIGENT :

– La suppression des modifications de la constitution et du code
électoral et le retrait immédiat des mesures d’élimination des
candidats d’une part, et d’autre part, la prise en compte de tous les
candidats ayant déposé leur caution et leur dossier de candidature,
sans tenir compte des changements introduits dans la Constitution
et dans la loi électorale ;
– La mise en place d’une autorité indépendante pour organiser
l’élection présidentielle :
– L’accès immédiat des partis et candidats au fichier électoral ;
– L’audit du fichier électoral et de tout logiciel devant être utilisé pour
l’organisation de l’élection présidentielle.

DECIDENT ENSEMBLE DE
– Intensifier le combat pour une élection présidentielle sincère et
transparente ;
– retirer ce mercredi 02 Janvier 2019 les copies des PV portant sur
les résultats des vérifications des listes de parrainages, PV mis à la
disposition des représentants des candidats et signés par le
Président du Conseil constitutionnel et le Greffier en Chef ;
– tenir ce mercredi 02 janvier une conférence de presse pour
informer l’opinion nationale et internationale de leurs décisions ;
– saisir les partenaires du Sénégal ainsi que les autorités religieuses
et coutumières de la forfaiture perpétrée par le candidat sortant et
ses hommes ;
– constituer un pool d’avocats pour mieux défendre leur droit à être
candidats ;
– appeler tous les citoyens sénégalais à se mobiliser massivement
et à engager la bataille sans délai par tous les moyens et partout

au Sénégal et dans la Diaspora en vue d'imposer l'organisation
d'une élection présidentielle juste et transparente le 24  février
2019

Fait à Dakar, le 1 er Janvier 2019

Ont signé par ordre alphabétique
Boubacar CAMARA 
Mamadou Lamine DIALLO
Mamadou DIOP
Pape DIOP
Malick GAKOU
Pierre Atepa GOUDIABY
Bougane Dany GUEYE
Moustapha GUIRASSY
Abdoul MBAYE
Aissatou MBODJ
Mamadou NDIAYE
Madicke NIANG
Aissata Tall SALL
Elhadj Issa SALL
Khalifa Ababacar SALL
Thierno Alassane SALL
Samuel SARR
Idrissa SECK
Amsatou Sow SIDIBE
Ousmane SONKO

Hadjibou SOUMARE
Mansor Djamil SY
Karim Meissa WADE

Source: www.dakarmatin.com