Auteur : jengu_edit

LE PRÉSIDENT ILLÉGITIME ENTAME SON DERNIER MANDAT

« Malgré la démonstration du peuple sénégalais de sa maturité et le bon déroulement global du cérémonial électoral le 24 février 2019 dans le calme, le caractère frauduleux du processus électoral n’échappe à personne.

Avant le jour du scrutin, tout a été fait par le régime pour démanteler le dispositif électoral trouvé sur place et ayant permis deux alternances politiques sans contestation en 2000 et 2012. Rien n’a été laissé au hasard : fusion des cartes d’identité et d’électeur, transferts d’électeurs, création planifiée de bureaux de vote, retour d’un ministre de l’intérieur partisan avec sous ses ordres la Direction de l’Automatisation du Fichier (DAF) et la Direction générale des Élections (DGE), manipulation et rétention du fichier électoral, instauration d’un système de parrainage inique pour l’élimination de candidats.

Le jour du scrutin, plusieurs bureaux de vote ont été créés en violation des dispositions du Code électoral. Le lendemain du vote, le pouvoir n’a lésiné sur aucun moyen pour préparer l’opinion à se résigner devant l’incroyable « victoire » au premier tour avec un score de 58,26 % : accaparement des média publics, menaces contre la presse indépendante, répression contre les militants de l’opposition, campagne internationale, etc.

Les quatre candidats de l’opposition ont constaté les résultats, refusé de féliciter le vainqueur sans gloire qui, à cause de l’ensemble de son œuvre marquée par une ingénierie de la fraude électorale sans précédent, ne mérite pas l’onction de l’opposition. Les candidats face à cette forfaiture, n’ont même pas jugé utile d’introduire un recours devant le Conseil constitutionnel.

L’opposition a observé une réserve républicaine qui a permis de préserver la paix sociale, aspiration légitime du peuple sénégalais. Cette attitude de l’opposition sénégalaise, doublée d’un silence pesant, a installé un malaise que Macky Sall tente de désamorcer en appelant au « dialogue politique » dès la publication des résultats définitifs par le Conseil constitutionnel, cherchant ainsi à se donner bonne conscience après la forfaiture du 24 février 2019.

Dans le contexte actuel marqué par un Président illégitime qui entame son dernier mandat, le FRN qui s’est renforcé avec l’adhésion de REWMI et Madické Niang réaffirme sa pleine conscience de son devoir de mener sans faille sa mission de se mobiliser pour la prise en charge des revendications politiques, sociales et économiques du peuple sénégalais frustré par des conditions de vie difficiles, dans l’insécurité et sans défense.

L’opposition politique est particulièrement attachée au retour à un dispositif électoral consensuel, stable et transparent en vigueur en 2012 et reste ouverte à des améliorations consensuelles après un audit complet.

L’opposition politique est très préoccupée par les violations des droits et libertés des citoyens. L’opposition politique est très engagée pour des mesures urgentes pour améliorer le pouvoir d’achat des sénégalais et pour le renforcement du sort des entreprises nationales, des femmes et des jeunes.

L’opposition politique est soucieuse de la prise en charge de la santé et de l’éducation du peuple sénégalais. L’opposition politique est particulièrement attentive à la gouvernance économique et des conditions de gestion et d’aliénation des ressources naturelles.

L’opposition politique considère comme des exigences vitales l’indépendance de la justice et la neutralité de l’administration publique.

Dotée d’une riche expérience et d’une crédibilité jamais démentie, l’opposition saura prendre ses responsabilités pour l’avenir. »

 

Fait à Dakar, le 02 Avril 2019

 

LE FRONT DE RESISTANCE NATIONAL

POLITIQUE : BOUBACAR CAMARA SE DOTE D’UNE ECOLE DE PARTI

POLITIQUE : BOUBACAR CAMARA SE DOTE D’UNE ECOLE DE PARTI

Après la présidentielle, l’ancien candidat à la présidentielle recalé par le système du parrainage et ses camarades vont lancer L’ECOLE DU PARTI qui va démarrer ce vendredi 22 mars 2019 à 16h précises au siège de JENGU (VDN X CAMP LECLERC) avec le Professeur Serigne Mor MBAYE. Le thème du cours inaugural sera « ENJEUX DU MONDE ACTUEL POUR LE CITOYEN »

Le communiqué appelle le public à venir nombreux pour cette cérémonie.

 

Source : http://www.info24sn.com

 

Boubacar CAMARA annonce « Tabakh » et une école du parti

Boubacar CAMARA annonce "Tabakh" et une école du parti

Le leader du Mouvement Jengu, Boubacar Camara va mettre en place la nouvelle version de son programme économique et social dénommée «Tabax» et l’Ecole du Parti. Il prévoit également de transformer son mouvement en une force politique. Dans un communiqué parvenu à «L’As», il a tenu à féliciter ses militants qui l’accompagnent depuis 10 mois. 

 

défaut de féliciter le vainqueur de l’élection présidentielle du 24 février dernier, Macky Sall, Boubacar Camara a adressé un message de félicitation et d’encouragement à ses militants. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le leader du mouvement Jengu a indiqué que pendant ces dix mois, les militants ont toujours fait preuve d’une mobilisation et d’une constance qui forcent le respect.

Pour l’ancien Directeur Général des Douanes et membre de la coalition « Sonko Président», des chantiers décisifs pour les futures échéances attendent les militants. En guise de perspectives, Boubacar Camara souligne que son parti a déjà commencé « un excellent travail» de recensement des adhérents, de vente des cartes et d’organisation des instances.

« Il revient aux responsables la mission de finaliser la structuration du mouvement, les formalités de reconnaissance et surtout la mise en place des Comités dans les quartiers, des sections communales et départementales et des fédérations régionales».

Et bientôt, une nouvelle version de son programme économique et social dénommée «Tabax (construire)», œuvre en continuelle amélioration, devra être présentée aux militants et sympathisants. Il annonce également la mise en place, dans les meilleurs délais, de l’Ecole du Parti si chère aux militants.

UN MANDAT DE REDRESSEMENT DE CINQ ANS 

Le président du Mouvement Jengu rappelle que sa vision consiste à bâtir un Sénégal prospère par un capital humain épanoui à partir de l’exploitation judicieuse des ressources naturelles, notamment par l’optimisation de toutes les chaînes de valeur des produits. Il s’agira ainsi de renforcer les acteurs essentiels de la société, pour un développement durable.

« Ils sont l’Etat, le travailleur, l’entreprise, la femme et la jeunesse”. Dans ce Sénégal, souligne l’ex Dg de la Douane, l’éducation et la santé, la sécurité et la citoyenneté auront un véritable sens. Pour Boubacar Camara, les responsables du mouvement Jengu ont contribué autant que possible à l’élaboration d’un programme pour un mandat de redressement de cinq ans, à la constitution d’une équipe et à la désignation d’un candidat à la suite d’une compétition à l’issue de laquelle il a été choisi comme candidat avant d’être recalé par le parrainage. « Le bébé Jengu a grandi très vite et ses habits sont devenus trop étroits.

Il nous appartient de suivre la voie tracée par les fondateurs de Jengu et de transformer le Mouvement en une force politique incontournable dans le paysage politique sénégalais. Nous en avons les capacités et la volonté », affirme Boubacar Camara qui demande aux militants de se mettre au travail.

 

Source : https://www.ndarinfo.com

BOUBACAR CAMARA FELICITE ET ENCOURAGE SES PARTISANS : « VOUS FAITES MA FIERTE »

BOUBACAR CAMARA FELICITE ET ENCOURAGE SES PARTISANS : « VOUS FAITES MA FIERTE »

Chers militants du Mouvement JENGU NGIR JËRIÑ SENEGAAL

Chers sympathisants

Chers alliés Chers électeurs

 

Le 15 mai 2018, nous nous sommes engagés en politique pour plusieurs raisons dont la plus décisive est notre « devoir de remboursement d’une dette de reconnaissance envers le vaillant peuple sénégalais pour les bienfaits tirés de l’école publique, du service militaire, de la fonction publique et du secteur privé ».

Depuis cette date, nous nous sommes retrouvés dans une organisation implantée dans tout le territoire national et dans la diaspora autour du slogan mobilisateur : JENGU (le sursaut salvateur).

Notre vision consiste à bâtir un Sénégal prospère par un capital humain épanoui à partir de l’exploitation judicieuse des ressources naturelles notamment par l’optimisation de toutes les chaînes de valeur des produits, en renforçant les acteurs essentiels de la société, pour un développement durable. Ces acteurs sont l’État, le Travailleur, l’Entreprise, la Femme et la Jeunesse. Notre option de transformation structurelle de notre économie à travers le développement des secteurs, jadis délaissés et pourtant porteurs d’une croissance inclusive comme l’agriculture, la pêche, l’élevage, l’artisanat et la culture, nous placera définitivement sur l’orbite d’une croissance qui rabote significativement la pauvreté.

Alors, l’éducation, la santé, la sécurité et la citoyenneté auront un véritable sens pour tous. Forts de ces convictions, nous avons adopté une démarche unitaire en adhérant à la Coalition FIPPU ALTERNATIVE CITOYENNE, une expérience enrichissante malgré les difficultés rencontrées. Au sein de cette entité, nous avons contribué autant que possible à l’élaboration d’un programme pour un mandat de redressement de cinq ans, la constitution d’une équipe et la désignation d’un candidat à la suite d’une compétition à l’issue de laquelle votre serviteur a été désigné candidat de la Coalition FIPPU à l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Lors de la Convention d’Investiture du 22 décembre 2018, vous avez démontré votre capacité exceptionnelle de mobilisation.

Nous avons ensemble participé à une campagne pour le parrainage pendant quatre mois avec la collecte de cent vingt mille (120.000) signatures, un moment inédit de fidélisation et d’implantation de notre mouvement.

La déception ressentie lorsque le Conseil constitutionnel a déclaré irrecevable notre candidature n’a en rien entamé votre détermination. Vous avez, de concert avec les autres membres et candidats de l’opposition, dans le cadre du Front de Résistance nationale (FRN) et du Collectif des candidats de l’opposition (C.25), engagé un combat héroïque pour la défense de l’intégrité électorale.

Ensuite, vous avez, après de larges concertations et suivant une procédure démocratique, décidé d’accompagner le candidat Ousmane SONKO à l’élection présidentielle sur le fondement de critères objectifs notamment des axes programmatiques convergents et des valeurs partagées par les leaders respectifs. Vous avez également facilité, par vos conseils et votre appui, notre participation à la campagne électorale en qualité de Superviseur général et d’autres membres de notre organisation à divers titres.

Nous remercions vivement la Coalition SONKO Président et en premier lieu M. Ousmane SONKO de nous avoir associés pleinement à cette belle entreprise patriotique.

 

Chers militants du Mouvement JENGU NGIR JËRIÑ SENEGAAL

Chers sympathisants

Chers alliés Chers électeurs

 

Vous avez déployé des efforts considérables sur tous les plans pour faire triompher notre candidat. Vous faites partie des centaines de milliers d’électeurs qui ont porté leur choix sur le candidat de la rupture Ousmane SONKO, placé troisième à l’issue d’une élection, objet d’une sourde et persistante contestation.

Depuis le 15 mai 2018, vous avez fait preuve d’une mobilisation et d’une constance qui forcent le respect. Je vous en félicite et vous encourage vivement. Vous faites ma fierté. Dix mois, c’est un temps trop court pour accomplir autant d’actes forts sans enregistrer des manquements.

Dix mois, c’est un temps insuffisant pour accomplir un idéal politique commun dans l’intérêt exclusif de notre cher pays le Sénégal et de notre précieux continent, l’Afrique.

Dix mois, c’est quand même un temps suffisant pour mieux se connaître, s’apprécier, s’unir, se renforcer mutuellement et ouvrir ensemble tous les horizons du possible.

Dix mois, ce temps a été surtout judicieusement mis à profit pour forger un bel esprit JENGU, positif, combatif, désintéressé et persévérant au cours d’une riche expérience. Tirons-en les leçons en mettant l’accent sur les facteurs de succès et les correctifs à apporter pour l’avenir. Par anticipation, je puis témoigner du rôle décisif des braves femmes et des jeunes de notre Mouvement. Encourageons-nous mutuellement, offrons en exemples les meilleurs d’entre nous et oublions les frictions, frustrations et rivalités qui ont naturellement émaillé notre cheminement.

Pour ma part, je vous remercie de l’attachement, de la patience et de la compréhension dont vous avez fait preuve à mon égard dans toutes les situations. Souventes fois, il ne nous a pas été facile de répondre à vos attentes, d’être à vos côtés, de communiquer avec vous.

Parfois, le manque de moyens matériels, financiers ou humains s’est invité dans nos activités avec des conséquences néfastes sur notre déploiement et la concrétisation de notre volonté commune, jamais démentie, d’aller de l’avant.

Les obstacles de toutes sortes venant de nos adversaires ou rivaux à travers des provocations, ou dénigrements n’ont jamais atteint, encore moins altéré la fibre JENGU qui caractérise nos militants.

Aujourd’hui, des chantiers décisifs pour les échéances futures nous attendent. Nous avons commencé un excellent travail de recensement des adhérents, de vente des cartes et d’organisation des instances. Il nous revient la mission de finaliser la structuration du mouvement, les formalités de reconnaissance et surtout la mise en place des Comités dans les quartiers, des sections communales et départementales et des fédérations régionales.

La nouvelle version notre programme économique et social « TABAX », œuvre en continuelle amélioration, devra être présentée aux militants et sympathisants. Quant à l’École du Parti à laquelle vous tenez tant, elle devra être mise en place dans les meilleurs délais.

Le bébé JENGU a grandi très vite et ses habits sont devenus trop étroits. Il nous appartient de suivre la voie tracée par les fondateurs de JENGU et de transformer le Mouvement en une force politique incontournable dans le paysage politique sénégalais. Nous en avons les capacités et la volonté. Au travail !

 

 

                                                                                                                                            Fait à Dakar, le 11 mars 2019

                                                                                                                                                              Boubacar CAMARA

                                                                                Président du Mouvement JENGU NGIR JERIÑ SENEGAAL

                                                                                                                         Ancien candidat de la Coalition FIPPU

                                                          Superviseur général de la campagne de la Coalition SONKO Président.

Meeting à Pikine : Atepa et Boubacar Camara boostent Ousmane Sonko

Meeting à Pikine : Atepa et Boubacar Camara boostent Ousmane Sonko

Deux leaders politiques ayant rallié le parti PASTEF en vue de la présidentielle 2019, Pierre Atépa Goudiaby et Boubacar Camara ont donné de la saveur au meeting de leur coalition « Sonko Président », jeudi soir, à Pikine.

A trois jours du scrutin présidentiel, la tension monte au niveau des quatre partis. Du côté de la coalition des patriotes, c’était le grand rendez-vous avec la banlieue dakaroise après avoir fait le tour du Sénégal. Un meeting qui a répondu à toutes les attentes puisqu’il a retenti aux rythmes de la culture Djola notamment et grâce aux collaborateurs d’Ousmane Sonko.

Atepa : « Sonko est la lumière »

Prenant la parole, Pierre Atépa Goudiaby a fait savoir aux jeunes de Pikine que seul Ousmane Sonko est l’homme de la situation. « Sonko peut développer le Sénégal, c’est la lumière du pays. Avec lui, les jeunes auront de l’emploi. Je vous le dis parce qu’il en est capable et il est jeune. C’est le seul qui peut changer le pays et personne d’autre. Je vous assure que si vous l’élisez le 24 février, vous ne le regretterez pas. Une fois face aux urnes, faites le bon choix. Le bon choix est la solution. »

Boubacar Camara : « Sonko est devenu un fait politique incontournable »

Après Atépa, Boubacar Camara a ensuite pris la parole. Comme à son habitude, l’homme politique a parlé avec le cœur appelant aux jeunes de ne plus commettre l’erreur de voter pour le système actuel. « Le Sénégal manque d’universités, d’écoles et d’hôpitaux. C’est ce qui fait que le pays ne marche pas. L’argent du pays est mal géré tout comme les produits miniers (pétrole, gaz…). Nous devons mener ce combat jusqu’au bout avec Sonko qui est devenu un fait politique incontournable. Donc, nous comptons créer le nombre d’emplois qu’il faut à partir des ressources », a-t-il déclaré, indiquant que le pouvoir est entre les mains des jeunes.

 

Source : http://www.igfm.sn

Boubacar Camara : « Sonko dérange beaucoup de candidats… Mais, pour nous, il est une solution et non un problème »

Boubacar Camara : « Sonko dérange beaucoup de candidats... Mais, pour nous, il est u...

Boubacar Camara, superviseur de la coalition « Sonko Président », est l’invité du numéro en cours de diffusion de « Face à Dakar », l’émission qui bat le rythme de la présente campagne sur le Net.

Il a, d’emblée, précisé que la percée de Sonko dans le landerneau politique est spéciale. « Nous avons pour rôle de vendre notre candidat, vendre l’espoir qu’il nourrit. Il a une manière spéciale de proposer son offre politique qui gêne beaucoup de candidats, à telle enseigne qu’on n’hésite pas à recourir à des critiques infondées pour le déstabiliser », dira-t-il.

« Ousmane Sonko n’est pas pour nous un problème, c’est une solution. Il est sorti de l’école qui produit les meilleurs cadres de l’administration (ENA) en sortant major de sa promotion. Il est « un métis », car ayant des racines aussi bien dans le nord que dans le sud du Sénégal. Mieux, il est porteur d’une vision qu’il a déclinée dans un livre. C’est dire qu’il y a d’un côté l’homme, d’un autre côté l’œuvre. C’est un homme de terrain doublé d’un syndicaliste », parera-t-il de vertus son candidat.

Il se dit d’autant plus séduit que l’ex-inspecteur des impôts et domaines a su s’entourer d’hommes expérimentés et techniquement compétents comme Pierre Atepa Goudiaby et lui-même. « Avec tous ces atouts, si nous accédons au pouvoir aujourd’hui-même, nous sommes prêts, nous n’allons pas tâtonner », se laisse-t-il convaincre.

« A l’âge de retraite, nous aurions pu nous retirer complètement. Mais malheureusement, les piliers de la République ont été ébranlés, avec, notamment le dévoiement du système électoral sous Macky Sall. Il a trouvé sur place un fichier transparent, comme s’il s’agissait de sa propriété, il en a fait ce qu’il a voulu. Il y a le parrainage et le profil du ministre de l’Intérieur qui dérangent. Macky Sall a aussi ébranlé le pilier économique, avec une dilapidation des ressources publiques. Si vous avez la chance de regarder certains dossiers portant sur des cas de corruption avérée, vous n’aurez plus la conscience tranquille. Le troisième pilier auquel il a touché, ce sont les valeurs avec l’achat de consciences. Mais le blocage principal, ce sont nos rapports avec les autres Etats, avec lesquels on ne traite pas d’égal à égal. C’est comme si on avait vendu le Sénégal à l’étranger », liste-t-il les péchés capitaux du régime de Macky Sall. « L’Etat doit avoir une capacité de négociation, en renonçant aux mallettes et aux dessous de table », conseille M. Camara.

« L’endettement doit être secondaire », bat-il en brèche le modèle de gouvernance depuis 2012. « Nous devons partir de nos ressources pour produire des richesses », contre-propose l’ex-directeur général des Douanes.

« La production totale d’or du Sénégal est de 6 tonnes, alors que les artisans sénégalais peinent à avoir 100 kg. C’est pourquoi, avec le président Atepa, nous projetons de créer, une fois au pouvoir, un comptoir pour que Dakar soit une place de transaction et de distribution autour de la chaîne sur l’or. Idem avec la pêche artisanale », illustre-t-il son propos, non sans préciser qu’ils ont l’expertise nécessaire pour réviser les contrats signés sous Macky Sall et contraires aux intérêts du Sénégal.

 

Source : https://www.dakaractu.com

Mouvement « Jengu » de Boubacar Camara : vers une caravane pour soutenir Sonko

Mouvement "Jengu" de Boubacar Camara : vers une caravane pour soutenir Sonko

Le mouvement « jengu » de Boubacar Camara compte effectuer ce samedi 16 février à partir de 9h, une caravane pour soutenir le candidat Ousmane Sonko. Leur ralliement du côté de ce dernier s’explique par le fait que ces deux hommes, Ousmane Sonko et Boubacar Camara, ont des similitudes dans leurs programmes et partagent les mêmes convictions, a précisé Serigne Fallou Diouf, le secrétaire général du mouvement. Ainsi ils vont débuter à Grand Yoff en passant par les Parcelles, Guédiawaye, Yeumbeul, Thiaroye, Tivaouane Diacsao pour terminer à Keur Massar.

 

Source : http://news.adakar.com

Débat RFM: Boubacar Camara humilie un Kassé coléreux et inélégant

Débat RFM: Boubacar Camara humilie un Kassé coléreux et inélégant

Les sénégalais qui ont suivi l’émission politique sur la RFM se sont sentis très gênés par le comportement du conseiller en communication de la Présidence à savoir Monsieur El Hadj Kassé.

Face à Boubacar Camara de la coalition Sonko Président, le conseiller à la communication Kassé à court d’argument a saboté toute l’émission allant même jusqu’à attaquer le journaliste Abdoulaye Cissé.

Interpellé sur beaucoup de points et dans l’incapacité de répondre, le responsable politique de l’APR, Kassé n’a pas apprécié la communication dévastatrice de Boubacar Camara, motivée par des arguments.

Errant dans un discours vide et montrant sa non maitrise de l’économie du Pays, Monsieur Kassé a fini par décevoir les auditeurs de la RFM en témoigne les nombreuses réactions sur la toile (facebook).

 

Source : https://tassxibaar.com

Ousmane Sonko : « Fatick n’est le titre foncier de personne »

Ousmane Sonko : « Fatick n’est le titre foncier de personne »

Ousmane Sonko, candidat de la coalition « Sonko Président », a invité les populations de la capitale du Sine à se déplacer en masse le jour du scrutin présidentiel pour voter, afin de « démontrer que Fatick n’est le titre foncier de personne ».

« Il y a des politiciens qui veulent faire croire aux Sénégalais que Fatick, c’est leur titre foncier », a-t-il déclaré dimanche soir lors de l’étape de sa campagne dans la capitale du Sine, ville de naissance du président sortant qui en fut le maire avant d’accéder à la magistrature suprême.

Il s’exprimait au terme d’une longue procession de plusieurs heures dans les artères de la commune de Fatick, base politique du candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) et maire honoraire de la ville de Fatick, Macky Sall.

Macky Sall, « pour avoir été maire de cette ville, ensuite président du Sénégal, n’a rien fait ici, à titre d’exemple, Fatick est très sombre », entre autres problèmes, a déclaré Ousmane Sonko.

Selon lui, avant de réclamer le titre foncier d’une quelconque ville, il faut au préalable poser les jalons du développement de celle-ci.

« Donc, le 24 février prochain, jour du scrutin présidentiel, j’invite les populations fatickoises à voter massivement et démontrer que Fatick n’est le titre foncier de personne », a-t-il lancé à ses sympathisants et militants de Fatick, venus à son accueil dans le cadre de la campagne électorale.

« Les populations de Fatick sont des gens d’honneur, de principe, des gens dignes, des gens fiers’’, a-t-il soutenu, avant de les inviter à en « faire la démonstration le 24 février, en allant massivement voter et en votant pour le candidat de la coalition Sonko Président qui remplit les critères de compétence et de patriotisme ».

 

Source : http://xalimasn.com

Boubacar Camara et Dr Cheikh Tidiane Dièye dans le directoire de campagne Sonko

Boubacar Camara et Dr Cheikh Tidiane Dièye dans le directoire de campagne Sonko

C’est ce vendredi 1er février 2019 que le candidat de la coalition « Sonko Président » a dévoilé son directoire campagne pour le scrutin du 24 février 2019. Les nouveaux adhérents n’ont pas été laissés en rade par Ousmane Sonko. Car, Boubacar Camara, leader du parti « Jëngu » et Dr Cheikh Tidiane Dieye de la plateforme « Avenir Senegaal Bi Ñu Beug” ont été nommés respectivement au poste de superviseur de campagne et porte-parole.

L’équipe de campagne de Sonko
*Conseillers spéciaux du candidat
– Dr Diallo Diop – Madieye Mbodji – Mohamed Sall

*Superviseur de la campagne
– Boubacar Camara

*Directeurs de campagne: – Dr Abdoulaye Niane – Mme Yacine Fall Coordonateur de la Coalition – Bruno d’Erneville

*Porte-paroles
Cheikh Tidiane Dieye – Ladiop Diop – Fatou Diop

 

Source : https://www.pressafrik.com