Auteur : admn_jengou

Message sur les Objectifs de la Génération Y, 18 mai 2016. Boubacar CAMARA

Message sur les Objectifs de la Génération Y, 18 mai 2016. Boubacar CAMARA

Toi, jeunesse de mon pays,
A la suite de ma lettre à la Génération Y publiée le 6 avril 2016, j’ai attentivement enregistré de ta part de multiples réactions très encourageantes. J’en tire la conclusion d’un fabuleux, réel et incontestable besoin d’expression et d’échanges.
Pour contribuer efficacement à combler cet inadmissible déficit de communication et envisager des actions de prise en mains de ton destin par toi-même, je t’invite à partager la réflexion suivante.

Toi, jeunesse de mon pays,

J’ai compris que tu es consciente de ton devoir de dessiner ta propre ligne d’horizon : l’avenir.
J’ai également senti que tu es prête à transformer l’énergie silencieuse qui sommeille en toi en une force créatrice pour le développement économique et social.
J’ai surtout bien retenu que tu es déterminée à te constituer en sentinelle pour que la gestion de notre patrimoine commun, le Sénégal et l’Afrique, se fasse dans l’intérêt des générations futures.

En définitive, tu m’as fait ressentir une grande fierté quand j’ai perçu à travers tes messages l’audace qui t’habite.

Toi, jeunesse de mon pays,

C’est pour ces raisons que je te recommande de mettre le focus sur les objectifs ci-dessous :
1. La quête de ta voie vers la réussite sociale, notamment par le biais de l’éducation, des formations scolaire, universitaire et professionnelle, de l’éclosion de tes talents et du travail ;
2. La conception et la réalisation de projets pertinents dont les financements seront activement recherchés, avec l’appui et les conseils de structures et personnes ressources désintéressées ;
3. Le combat citoyen pour que la dimension « jeunesse » soit prise en compte dans toutes les politiques publiques. Dans cette perspective, le soutien des parents, des pouvoirs publics, des élus, des entreprises, des leaders d’opinion, de la société civile, ainsi que de toutes les forces sociale et religieuse, sera sollicité.

Toi, jeunesse de mon pays,

Pour réaliser ces objectifs, inspire-toi de tes aînés exemplaires qui te regardent d’un œil affectueux quoiqu’encore distant. Pour ne pas subir l’isolement et le désarroi, tu dois œuvrer à sortir tes dignes précepteurs, sages et expérimentés, de leur pesante réserve.

Quant à moi, je suis prêt à jouer ma partition à tes côtés, sous une forme que nous déterminerons ensemble. Pour préciser les objectifs identifiés, je te soumettrai, dans mes prochains messages, des idées novatrices que je t’invite à enrichir de tes inputs tenant rigoureusement compte de tes vitales préoccupations et de tes légitimes attentes.

Les propositions déjà reçues rendent compte d’un merveilleux bouillonnement d’idées et renforcent ma conviction que l’espoir est permis. Voilà une fertile source de motivation !

J’attends donc tes tags pour un cheminement fructueux.

Vive la Génération Y !

Boubacar CAMARA
« La maturité au service de la jeunesse »

Yaayi Baayam

Yaayi Baayam

Ce poème est dédié aux jeunes

sénégalais contraints à l’émigration

à bord de pirogues de fortune

Abubakar KAMARA, 30 mai 2006

 Suma jottoon ci picc mi yéék

Ci gaalgi laa am ‘’VISA’’

‘’VISA’’téér mbaa suux

Ku amul ndey nampë maam

 

Dajale naa lima yor

Yooru ba booru Ngor

Jaayante ak sama ngor

Ngir tekki ni samay moromu goor

 

Witti  ‘’Reseŋ’’ bittim rééw

Mooma gënël tumranke ci sama rééw

Jaral nama Yaayi Baayam [1] forri neew

Mooko gënël dundë bu njëriŋ la neew

 

Ñii may yedd ngir ma toog

Nañu ma feqeel ci luma toog

Su dem laajoon raam

Ma fabbu def ni jaan

 

Sooma mënula teyye

Tee nga ma teg ci yoon wu  teey

Ndax ñii neenañu maa yey

Limay soobu maako tey

 

Buñu manee diw yeggëna ci jamm

Sama yaakaar yokku, may waaj dem ci jamm

Buñu manee  diw desna ci gééj gi

Sama adduna tukki te duma teree tukki.

[1] Yaayi Baayam Diouf est la mère de Alioune MAR, son fils unique, âgé de 26 ans, emporté par la mer le 12 avril 2006 sur le périlleux chemin de l’émigration clandestine en Europe. Elle avait encouragé son fils à partir, « il savait qu’il risquait sa vie mais il a fait un choix réfléchi », disait-elle, les larmes aux yeux. Yaayi Baayam qui habite à Thiaroye, dans la banlieue dakaroise, avait vu son fils économiser difficilement 575.000 FCFA (875 euros) en élevant des moutons après s’être essayé à la maçonnerie et à la peinture. Signalons que Yaayi Baayam est le nom généralement donné à une femme homonyme de sa grand mère paternel.

Sama xarit, maa ngi lay jaal Señ Murtadaa Mbakke…

Sama xarit, maa ngi lay jaal Señ Murtadaa Mbakke…

Señ Murtadaa[1], suñu mos, mi ñu uuf, mi ñu yëk

Señ Murtadaa, mi seede sa taxawaay bu jekk

 

Moom mi la dénkaane

Te mënuula jaawale

Firnde bii de yéem nama

Kumu doyul, man doyna ma

 

Xel yi andë daw ba Rëbës

Gët yi andë lendëm kuruus

Nopp yiy riir, déggë tuñu

Xol yi fees bay tuuru

 

Xamuma ku ñakkul tey

Waaye ñakk nga ndéey

Jappal ne ñakkuloo dara

Ndax am nga Seriñ Murtadaa

 

Mi dëkk ci samp daara ak jakka

Saxxoo alxuraan ak ay rakka

Di sakkal ligééy ndaw ñi

Di saxalal njël mag ñi

 

Jërëjëf Señ Murtadaa, siggi ko ndigaale Mbay…

Ziar naala ko

Melal ni ku nekk ci néegam ba ca sa kër.

 

 

Bubakar KAMARA
Dimanche 8 août 2004

 

 

[1] Ce poème est une lettre de condoléances adressée à mon ami Mbaye Diouf DIA, un fervent talibé de Serigne Mourtada MBACKE qui avait instauré la tradition de prendre dle départ de son domicile à Yoff pour sa tournée annuelle aux Etats Unis.

Le Cheikh fut rappelé à Dieu au moment où Mbaye Diouf Dia était injustement emprisonné en même temps que d’autres agents des douanes. Il fut relaxé purement et simplement après un procès qui révéla une grosse cabale.

Seede Señ Salihu

Seede Señ Salihu

Señ Salihu[1], wacc liggééy, laqu…

Ajuma jooju, mu ngi noonu !

Senegal ak Adduna ňakk

Lu yagg te wër tey ňak

 

Ku sax ci xol yi ak xel yi

Lii moo waral rongoň yi di xelli

Ňayu xare weetal na Xelxom

Gooru Yalla mi ittewoo Koom koom

 

Cey! Suma mënoon dellu tuut tank

Nga mey ma may dirééku ci say tank

 

Tuuba, Tuuba, fu soriwoon te jeggesi

Fune waay yennoo fa, yeksi

Jaljalu adduna ňu yebbi

Moom du ci yëy, du ci yabbi

 

Bu yekkatee kaddu, xiir ňu ci suňu Borom

Bu addoo, ňaax ňu ci liggééy ak jom

Bu dellusee, jubbanti  jikko yi ak jëf yi

Bu waqee, joxoň Kaamil bi ak Xasida yi

 

Lima am ci moom xéébu mako

Siňatiir ba firndeel nako

Cere céép bimu ma desal

Soxlaatuma luko reesal

Vendredi 29 décembre 2007

[1] Ce poème est dédié à  Serigne Saliou MBACKE, défunt Khalife général des Mourides

Maa Takko

Maa Takko

Maa Takko[1] yaa jara woy

Maa Takko yaa jara kañ

 

Fanaane uuf, yendoo bóót

Di naq guddek bëccëk

Dëkkë di fac, dëkkë di aar

Li nga attan ci doom

Mburu ñeme wuko ci taal

 

Maa Takko yaa jara woy

Maa Takko yaa jara kañ

 

Jog nga njël bidënti woo

Gis bi dërëm jaree njëgëm

Teewe bi añ di seddë réér

Seede bi ñakk di xañ teranga

Fekke bi muñ doone wurus

 

Maa Takko yaa jara woy

Maa Takko yaa jara kañ

 

Foo mënna nekk ci loo mënna taxaw

Sa liggééy moolay wallu di la jagleel

Barke ak teranga yiy sa fey

Sa xollu yërmande moolay taxawu

Yaag sa njaboot bi ngay noyyee

 

Bubakar KAMARA

04/02/1990

 

[1] Taalif bii ma ngi ko jagleel sama yaay Takko. Poème dédié à ma mère Takko.

Haut la Mer, Bas la Mort

Haut la Mer, Bas la Mort

Lève les yeux sur le bleu de la Mer

Regarde l’eau verte bouger sans le faire

 

Observe les astres et leurs reflets

Aperçois les écumes au contact des rochers

 

Laisse ton cœur battre au rythme des vagues

Profites-en, avant le coup d’arrêt de la morgue

 

De la Mer à la Mort

De la Mort à la Terre

De la Terre à l’Air

De l’Air à la Mer

 

Baisse les yeux sur la Mort sans couleur

Ressens la tristesse des tiroirs de douleur

 

Ecoute le silence du cœur battu

Entends le verdict du combat perdu

 

Touche enfin le visage subitement beau

Goûte l’odeur amer du sel caché sous l’eau.

 

 

Juillet 2012

Ma demman

Ma demman

Ku degg lii, sa xel ne yar ci Sëriñ Mansur

Buko waxaan ci diggi jangale mi

Waaw yi addoo ndoo

Ñëpp yakkamti taataan ci xam xam bi

 

Ma demmam ?[1]

Ce poème est dédié à Serigne Mansour SY, défunt Khalife général des Tidjanes. Au cours de ses succulentes conversations, il avait l’habitude, par souci pédagogique, en vue s’assurer que son auditoire le suivait bien, de poser la question suivante « Ma demmam ? » qui signifie « Puis-je continuer ? ».

Biñu lay wax demal

Waxuñu woon nga laqu

Dañu bëggon rek nga xellil ñu

Ci sa gééju xam xam

 

Ma demmam ?

Yow nga nax ñu ba dem

Fi nga jëm umpula

Wante di nga weetal jamono

Ndax sa xaas wërna adduna

 

Ma demmam ?

Sa gammu « garantina »

Sa xasida waxi-noppi

Tey nak la mbir mi « Alaa Dawme »

Ndax sër wodd na malaan

 

Ma demmam ?

Xol tooy na and ak jaaxle

Yow Sëriñ Mansur

Ci Yiw bi ak leer gi

Yaa yéeg bañu fi

 

Ma demmam ?

Yow mi aay ci aajo yi ak taax yi

Yow mi ëmb « daraa » yi ak daara yi

Yow miy « baranse » te doo botti

Yow miy  doxloo lu taxaw, tey dowloo luy dox

 

Ma demmam ?

Buñula mënoona abb ab diir

Suñu fukki loxo du doy ngir jafandu

Suñu fukki óom du om ci wommatu ci say tank

Ba suuf sedd ba melni bii nga woomal Tiwaawan

 

Bubakar Kamara

Décembre 2012